Raid des Andes 2017 du 5 novembre au 20 décembre 2017 – Pierre Yves MAISONNEUVE et Jean CARRET sur Peugeot 505

“Une odyssée époustouflante ! 46 jours et 12000 km à travers l’Amérique Latine. Depuis Buenos Aires, vous traverserez l’Argentine à bord de votre véhicule pour rejoindre la Cordillère des Andes, vous sillonnerez le Chili en passant par le Désert d’Atacama avant d’atteindre le Pérou et son incontournable Machu Picchu. Vous parcourrez la Bolivie et roulerez sur le Salar d’Uyuni avant de finir par la démesure des Chutes d’Iguaçu au Brésil. Bienvenue pour un voyage extraordinaire en terres d’aventures, de couleurs et de découvertes”

C’est le Raid des Andes 2017 – Photos de Jean Carret

l’Aconcagua (6962 m) point culminant de la Cordillère des Andes, Argentine

Dimanche 12 novembre 2017 – Le Pont des Incas

*

Mercredi 15 novembre 2017 – Désert d’Atacama , Chili – “Chaleur étouffante, 39 à 40°C dans la voiture”

*

Vendredi 17 novembre – “Nous sommes au Chili. Passages de cols. Piste sur un Salar et maintenant le désert.”

“Un désert de sel ou salar en Amérique du Sud est un lac plus ou moins temporaire et aux rives changeantes dont les sédiments sont essentiellement constitués par des sels (chlorures, sulfates, nitrates, borates, etc.). Les sels précipitent sous l’effet d’une forte évaporation, laquelle, sur longue période, est toujours plus importante que l’alimentation ou l’arrivée d’eau dans le bassin”. Wikipédia

*

Dimanche 19 novembre – “Jour d’Élections présidentielles au Chili et relâche pour nous. Nous partons le matin en bus avant 7 heures pour visiter la région. L’après-midi un peu d’entretien sur l’auto”.

*

Mercredi 22 novembre – “Les Hauts Plateaux, le désert, le Pacifique et Iquique (Chili) ville de 200 000 habitants située dans le désert d’Atacama et l’un des plus grands ports commerciaux d’Amérique du Sud”

*

Jeudi 23 novembre – “300 km de désert et 150 km de montagne …  Demain, 600 km pour arriver à Cuzco (300 000 habitants) avec une navigation au GPS”

*

Vendredi 24 novembre – “Aujourd’hui nous sommes à Cuzco (Pérou) . Le matin visite de la ville située à 3399 mètres d’altitude et ensuite un petit peu de mécanique”

*

Dimanche 26 novembre – “Journée tourisme.  Bus, train, bus et visite du Machu Picchu”

Sanctuaire historique de Machu Picchu

“À 2 430 m d’altitude, dans un site montagneux d’une extraordinaire beauté, au milieu d’une forêt tropicale, Machu Picchu a probablement été la création urbaine la plus stupéfiante de l’Empire inca à son apogée : murailles, terrasses et rampes gigantesques sculptent les escarpements rocheux dont elles paraissent le prolongement. Le cadre naturel, sur le versant oriental des Andes, fait partie du bassin supérieur de l’Amazone, riche d’une flore et d’une faune très variées.” Patrimoine mondial de l’UNESCO.

*

Vendredi 1er décembre –  “Après avoir passé deux jours sur le lac Titikaka et fait beaucoup de marche en dormant chez l’habitant nous quittons le Pérou. Demain nous serons en Bolivie.”

“Plus haut lac navigable du monde situé à 3 812 m d’altitude, le lac Titicaca n’est pas le plus grand en taille. Il mesure 175 km de long et couvre 8 340 km2. Titikaka signifie « puma gris » en aymara. D’avril à juin, le climat est agréable, c’est la meilleure période pour apprécier le lac. Selon la mythologie inca, le lac Titicaca serait la matrice d’où serait sorti le monde. Il existe environ une quarantaine d’îles flottantes, faites de roseau, sur lesquelles vivent quelque 2 000 habitants.” Guide du Routard

*

Samedi 2 décembre – “Bolivie : La Paz est la plus haute capitale au monde … Le plus surprenant c’est le dénivelé, presque 1000 mètres de 3200 à 4200 mètres. la circulation est inimaginable …  À voir !

Et bien sûr les télé-cabines !”

 

“Située à 3700 mètres d’altitude, La Paz qui fut fondée en 1548 par les Espagnols, est la capitale la plus haute du monde (siège du gouvernement depuis 1900).
Pendant l’époque coloniale, La Paz restera longtemps un village paisible, maintenant elle est devenue une grande cité de plus d’un million d’habitants qui fait coexister les golden boys du centre-ville et les Indiens aymaras des collines.
L’agglomération de La Paz comprend en fait deux villes. El Alto (environ 500.000 habitants), où se trouve l’aéroport, qui est devenue une gigantesque cité-dortoir de paysans ayant quitté leurs terres.
500 mètres plus bas, La Paz (700.000 habitants), avec le centre ville et ses quartiers d’affaires et résidentiels,
400 mètres plus bas encore, s’étend la zone sud avec les beaux quartiers de Florida, Achumani, la Rinconada ou Aranjuez.” Guide du Routard.

*

Dimanche 3 décembre – “Bolivie suite: Nous sommes arrivés à Uyuni via Oruro. Ce n’est pas d’un très grand intérêt, des routes droites mais entre 3600 et 4000 mètres d’altitude. Difficile pour les moteurs, en plus l’essence est moins raffinée (pas de 95 ou 98 mais du 84 …  lorsqu’on en trouve).

Nous sommes sur les lieux du Dakar et demain journée spéciale sur les pistes du Salar Uyuni.”

“En Bolivie, où le vote est obligatoire, le scrutin de dimanche 3 décembre porte sur la désignation des magistrats du Conseil de la magistrature, du Tribunal constitutionnel, du Tribunal suprême et du Tribunal environnemental. Ces instances représentent les quatre plus hautes autorités judiciaires du pays.” France Info.

“La ville d’Uyuni a reçu la distinction de « Capitale du Dakar » car elle a constitué la partie la plus représentative du trajet du Rallye Dakar. La population d’Uyuni compte plus de 30.000 habitants et son importance historique réside dans l’entrée du premier chemin de fer en Bolivie en provenance du Chili, précisément le 20 novembre 1890. Sa principale activité économique est le tourisme en raison de son environnement naturel et des sites historiques dispersés dans les zones voisines.” Dakar.com

*

Lundi 4 décembre – “Bolivie : Une journée exceptionnelle sur les pistes du Dakar. Tous les ans la région, et précisément le Salar d’Uyuni, accueille pendant 2 ou 3 jours l’épreuve devenue un mythe en Bolivie.

Nous avons roulé sur les pistes beaucoup moins vite 120-130 km/h mais ceci reste un grand moment d’arriver face à un monument de sel de 5 mètres de haut en plein désert de sel.”

“À 3 650 m d’altitude, Salar d’Uyuni est un immense désert de sel, le plus grand du monde. Il recouvre l’équivalent de deux départements français. Sur 40 m d’épaisseur alternent couches de sel et de glaise : l’endroit est fascinant, d’une blancheur étale avec l’horizon à l’infini, d’une platitude parfaite. Dessus, on trouve quelques îlots avec des cactus de 10 à 12 m de haut. Dans cet enfer blanc, quelques centaines d’hommes piochent, creusent à longueur d’année pour dégager des briquettes de sel non iodé. Ces damnés de la terre sont payés une misère. Auprès d’eux passent les jeep et les minibus qui conduisent les touristes en excursion sur le Salar d’Uyuni, où la température peut descendre à -25° l’hiver.” Guide du Routard

*

Mardi 5 décembre – “Navigation au GPS: 126km/h … Pas de route, cap EST,  altitude 3664m.

Arrivée : île aux cactus.”

*

Jeudi 7 décembre – “Nous sommes de retour en Argentine. Depuis La Paz nous suivons le parcours du Dakar 2018 (Uyuni. Tupiza.  Salta) : les concurrents partiront sur Cordoba et nous sur Igassu et le Brésil. 
Aujourd’hui, visite de Salta et réception par les autorités argentines.”

*

Samedi 9 décembre – “Argentine : Nous longeons la frontière du Paraguay et le fleuve Parana. Rien de comparable avec les étapes précédentes, des grandes lignes droites, terrain très plat, terres agricoles, champs immenses, des troupeaux de 1000 vaches – peut-être plus. La seule choses intéressante, les gauchos !!!!”

*

Lundi 11 décembre – “Journée d’hier sans internet. La route est sans intérêt. Par contre nous arrivons à midi près d’un barrage gigantesque sur le fleuve Parana entre l’Argentine et le Paraguay, le barrage d’Itaipu  – son nom signifie : « la pierre qui chante » en guarani et fait référence à la petite île située sur le fleuve avant les travaux.. Nous le visitons, la salle des 16 turbines fait 1 kilomètre de long, le mur du barrage 60 km, une écluse haute de 35m, longueur du plan d’eau 220 km. Ce barrage fournit  40% de l’électricité d’Argentine et la moitié des besoins du Paraguay.
Le soir nous arrivons à San Ignacio où nous découvrons les ruines du monastère.”

 

 

*

Mardi 12 décembre – “Les chutes Iguaçu : La troisième des sept merveilles naturelles du monde ! Rien à dire, juste regarder !”

Un ensemble de 275 cascades formant un front de 3,0 kilomètres environ. La plus haute d’entre elles atteint les 80 mètres de hauteur. On l’appelle la Garganta del Diablo en espagnol ou Garganta do Diabo en portugais (« gorge du Diable »). L’ensemble des cascades déverse jusqu’à six millions de litres d’eau (soit six mille tonnes) par seconde.

Ces chutes interrompent le cours de la rivière Iguaçu, affluent du Parana, entre l’État brésilien du Parana et la province argentine de Misiones. Elles comptent parmi les plus impressionnantes au monde, dans une géographie en favorisant la création. La cascade des Sept Chutes  voisine était sans doute aussi phénoménale mais a disparu en 1982 à la suite de la mise en eau du réservoir du barrage d’Itaipu. Wikipedia

*

Jeudi 14 décembre – “Argentine. Fin du raid en voiture. J’ai manqué la communication pendant le passage au Brésil: Nous étions dans un secteur où trois pays, Argentine, Paraguay et Brésil sont très proches, baignés par les eaux des fleuves Uruguay et Parana, et où trois langues différentes se mêlent, Portugais, Guarani et Espagnol.

Hier, route en forêt amazonienne.  Aujourd’hui, peu d’ intérêt hormis 50 kilomètres de piste en milieu d’étape, avant 200 kilomètres de lignes droites, soit 1100 kilomètres avant de rentrer demain en Uruguay fin du voyage pour les voitures.

Voici quelques images du Brésil. Deux sont prises depuis  un hélicoptère.”

*

Dimanche 17 décembre : “Raid des Andes. Aujourd’hui, dernière étape plus ou moins 200 kilomètres sans encombre entre Mercedes et Colonia, une quarantaine de kilomètres de piste bien roulante et pour finir de la bonne route.

La 505 a très bien roulé. Demain matin, nous la déposerons au port et prendrons le ferry pour l’Argentine…

Toutes les bonnes choses ont une fin.”

*